J'ai testé les Sites de Rencontre.





Voilà! Bientôt 2 mois de célibat aux compteur et presque autant de temps que je suis en immersion expérimentale dans la génération Fast love. En effet, je me suis jetée moi même dans la fausse aux lions, pauvre petit agneau que je suis, afin d'avoir un regard neuf et plus objectif sur ce phénomène que, jusqu'à présent, je critiquais sans connaitre!

J'avais plusieurs interrogations; Pouvons nous vraiment parler de consommation amoureuse? Les rencontres sur internet sont-elles si faciles? Qu'elle type de rencontre pouvons nous y faire? 

Je me suis donc inscrite sur un fameux site de rencontre en vogue chez les jeunes. Au premier abord un peu perdue, j'accepte de parler avec tout le monde même ceux qui ne me plaisent pas (oui après tout il a peut être un grand coeur ou il est peut être mieux en vrai que sur sa photo) mais très vite je suis complètement submergée de message et je commence, malgré moi, à filtrer selon mes préférences. Voilà qu'inconsciemment je fais un 1er pas dans la consommation amoureuse en établissant une liste de ce que je veux et surtout de ce que je ne veux pas.

Au bout d'un mois et plusieurs rencontres sympa et d'autre moins sympa, je pense pouvoir établir plusieurs constats:

Ce qui est sûr dans un premier temps, c'est que, même pour une personne rétissante comme moi, on se prend très vite au jeu et j'irais même plus loin: on y prend gout! 
Parler avec un inconnu n'est pas si désagréable que ça, une fois passé la phase d'approche un peu laborieuse avec tout un tas de questions débordantes d'originalité telle que "Qu'est ce que tu fais dans la vie?" ou bien "Qu'est ce que tu fais de ton temps libre?"
Après avoir répété 50 fois en quoi consiste ton travail et fait pareil pour la liste de tes passe-temps, allant des sorties expo/musée que tu ne fais jamais, de la guitare que tu as appris toute seule et du dessin que tu ne pratique plus depuis 10ans (Oui il faut en rajouter des tonnes pour cacher qu'en fait, tu es une faignasse et que la plupart de tes weekends consiste en une grasse mat' qui se prolonge jusque dans le canapé devant Gossip Girl). On se lasse donc assez rapidement de se répéter constamment et on est tenté par la fameuse technique du copier/coller! Et c'est ainsi que nous faisons le 2ème pas dans la consommation amoureuse en pensant productivité.


Copier/Coller = gain de temps = ↗productivité = ↗probabilité de rencontre = ↗probabilité de conclure


Le 2ème constat que je peux faire est que le sexe compte pour 85% du contenu des conversations sur les sites de rencontre! Sauf dans certain cas ou on atteins facilement les 100% lorsque le mec zappe complètement la phase d'approche et attaque directement sur les questions indiscrètes. Dans ce type de cas là, la couleur est annoncée dès le départ et on peut choisir de couper court facilement.
Mais la plupart du temps les garçons font preuve de subtilité (dans la mesure du possible) et la conversation bascule sans que l'on s'en aperçoive.
Ainsi il est très rare de pouvoir échapper à l'interrogatoire SEXE : "Quelles est ta position préférée?" "Tu aimes les cunis?" "Quel est le truc le plus dingue que tu es fait sexuellement?" "c'est quoi tes fantasmes?"  "tu avales?" 
Euh c'est à direeeuh?? C'est un test d'aptitude ou quoi? 

Alors comment sait-on que la conversation va basculer? une simple question peut vous mettre la puce à l'oreille: "Qu'est ce que tu cherches ici?" et il ne faut pas y répondre car si vous répondez que vous chercher du sérieux vous passez pour une folle coincée et les hommes partent en courant et si vous répondez que vous chercher un plan cul vous passez pour une fille de petite vertu et les hommes partiront en courant une fois qu'ils auront obtenu ce qu'ils voulaient.


Ensuite, pour les plus entreprenants vient la phase de "visualisation"; comme si les 8 photos de profil ne suffisaient pas, le prétendant en vient a te demander d'autre photos plus cochonnes (ou bien des "tofs" pour les plus jeunes)! "Montre moi tes fesses! Montre moi tes seins!"

Et c'est là que tu te sens dépassée! Des rencontres faciles d'accord, mais où est la part de mystère qui nous fait tant vibrer? Que devient le plaisir de la découverte du corps de l'autre? le plaisir de l'effeuillage et l'excitation de l'attente au début d'une relation? Une femme n'est-elle pas sensée se faire désirer? Ce concept est-il devenu complètement obsolète?

Cette génération est-elle devenue si capricieuse et si pressée qu'elle ne sait plus savourer ni apprécier ce fameux moment qui précède le passage à l'acte? N'est-ce pas ce moment là qui importe le plus au bout du compte?

Rappelez-vous, enfant, en attendant les cadeaux de Noel, l'excitation des jours qui précèdent, l'exaltation et l'euphorie au moment de déballer enfin ces cadeaux, la satisfaction (ou non) à la découverte de ce qui s'y trouve puis enfin la déception quand c'est fini et qu'on a tout ouvert.
Et rappelez-vous l'adolescence! Cette période de la vie complètement ingrate mais où le passage à l'acte était sacré! On laissait notre petit copain se dessécher littéralement avant de s'offrir à lui pour tester son amour, sa résistance et son respect.

Que sommes nous tous devenu?

Puis, pour les plus téméraires on passe à l'étape de la rencontre et là c'est quitte ou double! ça passe ou ça casse! et autant dire que 8 fois sur 10 ça casse. Soit parce que vous ne trouvez aucun sujet de conversation, soit parce que physiquement c'est pas vraiment ça ou alors c'est un vrai obsédé ou bien il n'y a tout simplement pas le "feeling" (terme très récurrent et fréquemment employé par les cyber-lover).
Donc souvent c'est la déception! "il avait pourtant l'air beau sur sa photo!" "il semblait gentil et intéressant quand on parlait!" " il ne m'avait pourtant pas parler de sexe qui aurait pu croire qu'il ne cherchait qu'un plan sans lendemain?" " il n'a même pas payé mon Coca ce radin!"

Et pour les 2 sur 10 avec qui ça passe, vous convenez d'un second rendez-vous peut être même d'un troisième et puis c'est après que ça casse! soit il est trop collant soit il est trop distant soit il ne sait pas ce qu'il veut ou bien c'est vous qui ne savez pas ce que vous voulez! pour résumé, c'est une nouvelle déception.


En conclusion, il y a encore 4ans je traitais mon copain de mufle quand, au tout début de notre histoire, il me proposait une "soirée/nuit". Finalement je réalise que j'aurais du m'estimer heureuse car en 4ans les choses se sont bien dégradées; la soirée n'est bien souvent pas au programme et il ne reste que le "/nuit".
La société de consommation a bel et bien touché nos coeurs et nos corps, nous consommons du sexe, nous consommons des gens et cela est devenu tout ce qu'il y'a de plus normal voir banal.

Aujourd'hui les rencontres sont certes beaucoup plus faciles et parfois elles peuvent même être agréables et intéressantes, mais tout ce qu'on retient après coup ce n'est ni l'excitation qui précède (cette étape est quasi inexistante) ni le plaisir au déballage (c'était trop facile à déballer et il n'y a pas de réelle surprise, étant donné que tout a été déballé virtuellement) mais juste la déception quand c'est fini.

Et comme nous sommes déçu, nous ne sommes jamais rassasiés, alors on continue en espérant trouver celui ou celle qui nous laissera un gout de trop peu et qu'on aura envie de déballer pour la vie!



Margic Vangot.








Aucun commentaire