NOUS vs JE : Faut-il sacrifier ses rêves par amour?

Faut-il privilégier son couple au détriment de ses rêves et ambitions personnels ?

Trouver l’amour, le véritable amour, n’est pas chose aisée, comme la plupart d’entre nous le savent déjà. Et bien souvent lorsqu’on l’a enfin trouvé, on a tendance à s’oublier un peu (beaucoup) et de favoriser le « Nous » au « Je ».
Nous faisons des projets en commun, nous envisageons l’avenir autrement, un avenir à deux.

Mais qu’advient-il des projets, des rêves et ambitions désirés avant l’apparition de notre moitié ?
Faut-il les mettre de coté ? Faut-il les réaliser quand même ? Essayer d’inclure notre partenaire dans nos projets personnels ou professionnels ? Mais comment faire lorsque ceux-ci ne collent pas avec les projets du couple ?

Le sujet est complexe et ça ressemble à un dilemme impossible :

Mes rêves, Ma vie   // vs  //   l’Amour,  Nos rêves, Nos projets            

Le problème est que, l’un comme l’autre sont incertains. Impossible de savoir si en choisissant de réaliser nos rêves, on ne sera pas déçu ou bien qu’on ne ressentira pas le manque de l’être aimé. De même que pour l’avenir de notre couple ; va-t-il durer ? Est-ce l’homme ou la femme de ma vie ? Qui peut nous l'assurer ? Peut être dans un mois, quatre ans ou dix ans, la  flamme qui nous consumait va s’essouffler jusqu’à s’éteindre en laissant place aux regrets des choix passés.

                                   
                     


Dans un couple, on est deux, et les choix de l’un vont forcement impacter l’autre.
Une amie à moi se retrouve actuellement confrontée à ce choix impossible. Elle rêve depuis des années de partir pour le Canada et l’opportunité s’est enfin présentée. Mais voilà qu’elle file le parfait amour depuis quelques mois et son homme ne peut la suivre car il a, lui même, des projets ici.
Alors que faire ? Doit-elle abandonner son rêve pour lui ? Doit-il abandonner ses projets pour elle ? Doit-il la dissuader de partir ? ou simplement doivent-ils s'encourager l'un l'autre dans leurs choix respectifs?

Le « Nous » est-il plus important que le « Je » si bien qu’il mérite tous les sacrifices ?
Mais la véritable question à se poser est : le « Nous » peut-il vraiment être heureux tant que le « Je » n’est pas accompli ?

A mon avis, et ça n’engage que moi, la réponse est NON ! Le couple ne peut aller bien, sur le long terme, si les deux parties ne sont pas heureuses individuellement, si les deux ne sont pas parvenue à se réaliser personnellement.
Et si l’un s’oppose à la réalisation des rêves de l’autre, le risque est que ce dernier finisse par lui en vouloir tôt ou tard.

Il y’a quelques années de cela, quand j’étais jeune et sotte, j’en ai fait l’amère expérience. J’avais alors 21ans et je vivais une idylle, depuis un an, avec un jeune lyonnais. A l’époque je sortais de ma fac d’audiovisuelle et j’ai eu une proposition de stage pour une agence de photographes en Amérique du sud. Une opportunité qui ne se présente pas tous les quatre matins. Je l’ai refusé par amour pour lui et lui m’a encouragée dans ce sens. Deux semaines plus tard il me quittait.
J’étais rageuse, un peu contre lui, mais surtout contre moi même, contre ma bêtise.
Je claquais la porte à mon stage par amour et voilà que l’Amour me claquait la porte à son tour.

Ma vie aurait pu être tout autre aujourd’hui si j’avais choisi ce stage. Peut être meilleure, peut être pire. Je ne saurais jamais.

Des années plus tard, je prenais le parti d’assumer mes choix, m’étant résignée à ne pas faire une grande carrière, je décidais de m’impliquer à fond dans la réalisation et l’accomplissement du « Nous » à défaut de pouvoir faire quelque chose du « Je ». Problème, mon partenaire ne le voyait pas de cet œil ; le « Nous » était loin d’être sa priorité. Alors que je rêvais de mariage et de bébés, lui, y était opposé. J’ai, finalement, claqué la porte à l’Amour pour donner une chance à mes rêves et aux siens par la même occasion.

Aujourd’hui je sais que, bien que le « Nous » tienne un place très importante à mes yeux, je ne dois pas m’oublier en chemin et penser un peu à soi ne fait pas de mal, cela peut même être bénéfique pour le couple.

Moralité : même en couple, il faut savoir être égoïste par moment, et ne pas faire ses choix systématiquement en fonction de l’être aimé. Après tout, une personne épanouie n’est-elle pas plus désirable ? Finalement n’est-ce pas ça le véritable amour, aider et encourager son partenaire à s’accomplir et à être heureux ?

L’idéal étant, bien sûr, d’avoir la chance de trouver un compagnon qui partage nos envies et nos rêves, avec qui parcourir le monde pour les uns, avec qui fonder une famille pour les autres ou encore bâtir un empire pour les plus ambitieux !



Margic Vangot.

Aucun commentaire